Blog – Left Sidebar

Naturopathie & Inflammation 2 : les autres solutions naturelles

by 9 avril 2020

En naturopathie, en plus du travail sur l’alimentation, d’autres techniques sont utilisées pour gérer la douleur.

Tu viens de lire la première partie de l’article Naturopathie et inflammation I qui était consacré à l’explication de l’inflammation et à l’alimentation anti inflammatoire. Si tu ne l’as pas lue, je t’invite à le faire maintenant : clique ici

Maintenant nous allons voir les autres méthodes qu’utilisent la naturopathie pour diminuer l’inflammation aiguë ou chronique.

Les plantes :
L’utilisation des plantes n’est pas sans risques, elles contiennent des principes actifs qui peuvent ne pas être compatible avec une médication en cours, toujours demandé conseils auprès d’un professionnel.

– Le curcuma
La star des produits naturels anti-inflammatoires !
Cette racine (ou rizome) possède beaucoup de bienfait pour la santé, mais son pouvoir anti inflammatoire est sans doutes, le plus convoité.
Le curcuma réduit l’inflammation générale et soulage des douleurs de certaines maladies inflammatoires tel que la polyarthrite rhumatoïde, ou encore l’arthrite, les douleurs musculaires…

– Le gingembre
En plus d’aromatiser nos plats et de leurs donner un goût puissant, le gingembre (zingiber officinale) possède plus de 50 composés antioxydants. Ces composés minimisent la production de cytokines qui sont des substances chimiques de notre organisme pro-inflammatoires.

– Le thé vert Macha : Il possède des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent soulager les troubles inflammatoires de l’intestin.
( Il agit aussi sur la rhinite allergique, il réduit l’anxiété et améliore l’humeur).
* Contient de la caféine, en trop grande quantité, le thé Macha peut troubler le sommeil et/ou inhiber l’absorbions du fer. Demander conseil à un professionnel si tu prend des médicaments car il peut interagir avec.

– Le basilic (sacré)
Le basilic augmente les capacités de l’organisme à s’adapter au stress émotionnel, environnementale et métabolique.
Il possède entre autres des propriétés anti inflammatoires qui permettent de réduire le taux du sucre dans le sang, le cholestérol et la pression artérielle.
Le basilic sacré (feuilles et graines) réduit également l’acide urique réduisant ainsi les douleurs inflammatoires dues à la goutte ou la polyarthrite rhumatoïde par exemple.

– Le fenouil
Le fenouil est habituellement consommé en salade ou en légumes cuits. Mais en phytothérapie, ces graines sont utilisées en tisane pour soulager les troubles digestifs mais aussi pour diminuer inflammation de l’estomac et des intestins. Le fenouil permet également de diminuer la douleur liée aux règles.

– L’harpagophytum (harpagophytum procumbens)
Appelé également la griffe du diable, cette plante est reconnue pour ces propriétés anti-inflammatoires. Elle agit notamment merveilleusement bien sur les douleurs liées à l’arthrose.

– L’ortie (urtica diocia)
La silice qu’elle contient lui donne ses propriétés anti-inflammatoires qui soulagent des douleurs liées d’arthrite ou arthrose. L’ortie est très indiquée en cas d’inflammation chronique. (en tisane ou en gélules)

Mais aussi
– Les feuilles de cassis
– Le saule blanc
– La gomme de propolis
– La graine de nigelle
– La fleur de camomille
– …


Inscris toi ici et télécharge gratuitement l’ebook : Naturopathie & Fatigue Chronique

livretgratuitnaturopathie-fatiguechronique10

Les huiles essentielles anti-inflammatoires
L’utilisation des huiles essentielles n’est pas sans risques, toujours demandé conseils auprès d’un professionnel qui saura vous renseigner sur le mode d’utilisation et les contre indications en fonction de votre situation personnelle.

– L’huile essentielle de laurier
– L’huile essentielle d’eucalyptus citronné
– L’huile essentielle d’eucalyptus globulus
– L’huile essentielle d’eucalyptus radiata
– L’huile essentielle de gaulthérie couchée
– L’huile essentielle de girofle
– L’huile essentielle de sauge sclarée
– L’huile essentielle de lavande
– L’huile essentielle de petit grain bigarade
-…et tellement d’autres

Les huiles essentielles antalgiques (anti douleurs)
– L’huile essentielle d’eucalyptus citronné
– L’huile essentielle de menthe poivrée
– L’huile essentielle de girofle
– L’huile essentielle de cannelle
– L’huile essentielle de gaulthérie
– L’huile essentielle de lavande fine
– L’huile essentielle de tea tree (arbre à thé)


FibroCoaching© : Programme d’accompagnement naturopathique de la fibromyalgie

Autres solutions pour soulager l’inflammation

L’activité physique
L’activité physique contribue à libérer des hormones anti-inflammatoires. Ces hormones aux vertus anti-inflammatoires sont l’adrénaline et la noradrénaline.
20 minutes d’activité physique quotidiennes sont nécessaires pour activer ces hormones selon une étude américaine.
Nous ne parlons pas d’activités sportives, mais bien physiques : marche, marche rapide, course, stepper, vélo, vélo elliptique, exercices de fitness…

Massage bien-être
Massage les zones à douleurs inflammatoires permet de soulager en plus de détendre. Le massage aux pierres chaudes ainsi qu’aux ventouses est tout particulièrement apprécié.

Les exercices respiratoires
La respiration consciente permet :
1 – D’oxygéner correctement l’organisme ce qui vient soutenir le processus de détox, d’élimination des déchets donc atténuer l’état inflammatoire.
2 – De gérer la sensation de douleur

La gestion du stress, des émotions
Notamment avec la sophrologie, qui va permettre de se recentrer sur soi, de se canaliser ce qui atténue également la douleur.

Le yoga, le Qi Gong
Ce sont 2 disciplines qui permettent de mettre le corps en mouvement en douceur.
Ils ont pour effet la détente, le mouvement du corps ce qui permet de participer au processus d’élimination des déchets et un effet anti douleur.

Pour conclure,
Si tu es atteinte/atteint d’une maladie avec douleur chronique, inflammation chronique, je te conseille (arthrose, arthrite, fibromyalgie, spondylarthrite, lupus, sinusite chronique…):
– D’adopter une alimentation saine, équilibrée et de qualité en favorisant les fruits et légumes et en évitant les aliments acidifiant.
– De te renseigner pour consommer des plantes qui vont t’aider dans ton quotidien
– De faire une activité physique quotidienne
– De te détendre et te relaxer..

Une consultation naturopathique, te permettra d’avoir un programme d’hygiène vitale personnalisé qui répondra à ta situation, ton hygiène de vie, ton expérience de vie…


Réserve une consultation naturopathique à distance


Article précédent : Naturopathie & inflammation – l’alimentation à la rescousse

Source  
« Le guide des antidouleurs naturels : Alimentation, médecines traditionnelles, neurosciences… : les secrets d’un médecin pour lutter contre vos douleurs aiguës ou chroniques de Yann Rougier et Marie Borrel
« Les clés de l’alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires, infectieuses, auto-immunes… »  Dr Jean-Christophe Charrié
« l’alimentation ou la troisième médecine » Jean Signalet
« Les anti-inflamatoires naturels » – Christopher Vasey

The inflammation theory of disease. EMBO Rep. 2012 Nov; 13(11): 968–970. 2012. doi: 10.1038/embor.2012.142.
Réponses inflammatoires et maladies associées à l’inflammation dans les organes 14 décembre 2017

Cet article présente un ensemble de conseils et ne remplace en aucun cas un avis médical et ne constitue pas une prescription.
Cet article ne vise en aucun cas à vous dissuader de consulter votre médecin généraliste ou spécialiste ni à arrêter votre traitement médical.

Naturopathie & Inflammation 1 : l’alimentation à la rescousse

by 9 avril 2020

« L’inflammation n’est pas une maladie, c’est un état dans lequel se retrouve l’organisme. »

Pour atténuer la douleur, l’alimentation fait partie des outils que l’on utilise en naturopathie. Un moyen naturel pour diminuer l’inflammation !

« Derrière une douleur, quelles que soient son origine et les modalités de sa manifestation, se cache souvent une inflammation. Cette inflammation n’est pas un ennemi. C’est l’un des outils dont dispose notre corps pour se réparer. Mais une fois installée, elle a souvent tendance à durer plus que nécessaire. Il faut donc chercher à l’atténuer pour faire baisser le niveau de la douleur » Dr Yann Rougier, médecin spécialiste aux Hôpitaux de Paris

La stratégie naturopathique en gestion de la douleur
En naturopathie, nous ne considérons pas la douleur comme une ennemie, mais plutôt comme une alarme, un signal d’alerte qui nous indique que quelque chose ne va pas dans l’organisme, qu’il y a une perturbation, un dérèglement. Nous cherchons, alors, en priorité, la cause de la douleur, avant de la faire taire (lire : Je suis la douleur), la cause du dérèglement, qu’est ce qui a causé cette douleur !

L’inflammation, c’est quoi ?
L’inflammation n’est pas une maladie à proprement parler mais un état. Elle est généralement activé par notre force vital, pouvoir d’auto guérison pour réparer notre organisme, en activant nos agents de défenses (contre un virus, une bactérie…) ou en éliminant nos déchets intérieur. Elle répond donc a une agression traumatique, infectieuse ou auto immune.
L’inflammation provoque des symptômes douloureux qui indiquent sa présence.
Elle devient un problème quand elle nuit plus qu’elle ne répare, le corps s’emballe et se retrouve complètement débordé par cette inflammation ! Il se retrouve à devoir gérer cet état au lieu de s’auto réparer.

Symptômes de l’inflammation
L’inflammation se manifeste physiquement par une douleur (souvent plus intense la nuit), une tuméfaction, une chaleur locale, une rougeur.
Il peut s’agir d’une inflammation cutanée ou sous-cutanée comme un abcès par exemple.
L’inflammation est confirmée généralement par une prise de sang (sauf en fibromyalgie, comme il s’agit de micro-inflammation elle ne sont pas décelables par une prise de sang).
« L’inflammation crée la maladie, pas l’inverse. » Dr Jean-Christophe Charrié

Quand l’inflammation devient chronique
Cet état d’inflammation peut dans certain cas durer dans le temps, dépassant de loin ses fonctions de défenses de l’organisme et devient pathologique (arthrite, goutte.) . Le système immunitaire se retrouve complètement dépassé par cette réaction inflammatoire qui va laisser place à des pathologie plus lourdes (polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, lupus, fibromyalgie…)
**** Une consultation chez le médecin est nécessaire pour diagnostiquer l’inflammation chronique et établir un protocole médical****

« Lors d’une inflammation locale, l’application de glace est efficace, le froid étant un anti-inflammatoire naturel puissant. » explique le Dr Anne-Christine Della-Valle

Naturopathie & Inflammation

La naturopathie intervient pour diminuer cet état inflammatoire et de ce fait diminuer la douleur et améliorer la qualité de vie. Pour cela nous disposons de plusieurs méthodes qui visent à drainer l’organisme pour faciliter l’élimination des déchets et ce pour assainir notre terrain et pour diminuer l’inflammation en elle même. L’inflammation est le résultat d’un encrassement de nos humeurs (nos liquides où baignent nos cellules). Drainer et éliminer ces déchets permet de diminuer l’inflammation, de sortir l’organisme de cet état d’inflammation chronique.

L’alimentation, l’exercice physique, les plantes, la respiration, le massage sont des outils utilisés par la naturopathie en soutien et en accompagnement du traitement allopathique.
L’alimentation, est à mon sens, à elle seule un excellent moyen de lutte contre cet état inflammatoire. Dans cet article nous parlerons donc de ton assiette et par le biais d’une publication suivante, des autres méthodes naturelles contre inflammation.


Inscris toi ici et télécharge gratuitement l’ebook : Fatigue Chronique et Naturopathie

livretgratuitnaturopathie-fatiguechronique10

L’alimentation : quel est son rôle dans l’état inflammatoire ?
L’alimentation demande un gros travail de digestion. Le pancréas est très fortement sollicité, entraînant avec lui une sur activité du nerf vague. Cette situation favorise la congestion de l’organisme qui produit donc une inflammation et peut de ce fait conduire à une maladie inflammatoire.

La stratégie et donc de connaître :
– Les aliments anti-inflammatoires qui eux ne sollicitent pas en excès le pancréas (que ce soit dans la gestion du taux de sucre dans le sang que dans la digestion des protéines et des lipides.
Les aliments pro-inflammatoires, ceux qui favorisent cet état d’inflammation.

Les aliments anti inflammatoires.
En règle générale, une alimentation anti-inflammatoire, est une alimentation bio ou de qualité, sans glucose et modérée en protéines et avec du bon gras (lipides). On optera pour une cuisson douce, vapeur ou court bouillon.

Parmi les aliments à privilégier :
– Les légumes et tout particulièrement les crucifères (choux, brocolis, choux de Bruxelle, navets, radis…) et légumes à feuille comme les épinards.
– Le fruits et surtout les fruits rouges
– Les oléagineux : noix, amandes, noisettes…
– Les légumes secs (sources de protéines végétales et de fibres)
– Le riz (à privilégier plutôt que les pâtes)
– Les farines de sarrasin, de riz, de seigle, de châtaigne, de maïs, de petit épeautre…
– Les viandes blanches
– Les poissons (sauvages) et plus particulièrement les poissons gras qui sont riches en Omega 3
– Le citron (pour rappel le citron devient alcalin dans l’estomac)
– L’huile d’olive mais aussi l’huile de coco, de colza, de tournesol, de noix
– Le sirop d’agave pour remplacer le sucre.
– Les eaux riches en bicarbonate : Vichy (St Yorre et Célestin), Badoit, mais aussi Mont Roucoux, vittel, Hépar…
– Les herbes et épices
– Thé vert et chocolat noir

Bonus : boissons anti-inflammatoires (faits maison of course)
Jus de céleri

Chaï latté doré :
Ingrédients :
2 ½ tasses de lait de noix de cajou (ou une autre boisson non laitière)
1 tasse d’eau
1 c. à c de curcuma en poudre
½c. à c de cannelle
¼ c. à c de muscade
1/8 c. à c de cardamome
2 c. à c de feuilles de thé chaï
1 c. à s de sirop d’érable

***Toutes les boissons anti oxydantes sont les bienvenues dans notre stratégie anti-inflammatoire comme le jus de grenade par exemple (à condition qu’il soit bio et sans sucre ajouté et 100% grenade).


Fibrocoaching© : Programme d’accompagnement naturopathique de fibromyalgie

Les aliments Pro-inflammatoires.
En plus d’augmenter sa consommation d’aliments anti-inflammatoires, il faut bien évidemment supprimer les aliments pro-inflammatoires (qui sollicitent trop le pancréas)
Ces sont à diminuer significativement en cas de terrain inflammatoire et à supprimer en cas de maladies inflammatoires.

– Les aliments acides dont le vinaigre, les viandes rouges, l’ail et l’oignon en excès
– Les produits laitiers (ils aggravent l’état inflammatoire)
– Les farines raffinées (farines de blé blanches) choisir des farines complètes (sans gluten de préférence)
– Le sucre est à bannir de l’alimentation mais aussi toute les sources de glucose : pâtisseries, sucre blanc, complet, de canne, confiture, édulcorants, miel. Et bien évidemment o supprime tous les produis industriels qui contiennent du sucre/glucose).
– Le thé noir, le café, l’alcool…


Suivant : Inflammation – les autres solutions naturelles

Source  
« Le guide des antidouleurs naturels : Alimentation, médecines traditionnelles, neurosciences… : les secrets d’un médecin pour lutter contre vos douleurs aiguës ou chroniques de Yann Rougier et Marie Borrel
« Les clés de l’alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires, infectieuses, auto-immunes… »  Dr Jean-Christophe Charrié
« l’alimentation ou la troisième médecine » Jean Signalet
« Les anti-inflamatoires naturels » – Christopher Vasey

The inflammation theory of disease. EMBO Rep. 2012 Nov; 13(11): 968–970. 2012. doi: 10.1038/embor.2012.142.
Réponses inflammatoires et maladies associées à l’inflammation dans les organes 14 décembre 2017

Cet article présente un ensemble de conseils et ne remplace en aucun cas un avis médical et ne constitue pas une prescription.
Cet article ne vise en aucun cas à vous dissuader de consulter votre médecin généraliste ou spécialiste ni à arrêter votre traitement médical.

Avocats farcis au thon

by 7 avril 2020

Une recette facile à réaliser, rafraichisante et nutritive.

Préparation : 15 minutes

Réfrigération : 1 heure

Pour 4 personnes

1 petite branche de céleri
1 boite de thon au naturel (140g)
1 œuf dur
2 gros avocats mûrs
Le jus d’un citron vert
1 échalote hachée
2 c à s d’huile d’olive
5 olives noires hachées
Sel & poivre

1- Enlever les fils du céleri et le hacher
2 – Égoutter et émietter le thon
3 – Couper les avocats en deux, enlever le noyau et arroser immédiatement de jus de citron pour éviter l’oxydation
4 – Retirer la pulpe des avocats, Attention : l’enveloppe doit rester intact
5 – Écraser la pulpe, ajouter le thon, l’échalote, le céleri et les olives, ‘huile d’olive. Saler et poivrer. Mélanger délicatement
6 – Farcir l’enveloppe des avocats et placer au réfrigérateur au moins une heure avant de servir

 ☺Ajouter une 1 cuillère de mayonnaise si vous le souhaitez, personnellement je trouve qu ça fait trop riche et c’est tellement bon sans . 

Brownie chocolat à la courgette et aux noix

by 31 mars 2020

Délicieuse recette de brownie chocolat à la courgette et aux noix

Ça peut paraître étonnant, mais la courgette remplace magnifiquement bien le beurre sans pour autant en sentir le goût !
Essaye cette recette et régale toi ! 

Pour 6 personnes
4 œufs
250 g de farine
300 g de courgettes
2 sachets de vanille
0,5 sachet de levure ch
150 g de noix
275 g de sucre de coco
10 cl d’huile de coco
55 g de cacao amer ou poudre de cacao non sucrée

Préchauffer le four à 180°
Peler et râper les courgettes.
Dans un saladier, mélanger ensemble le sucre, la vanille et l’huile.
Battez les œufs en omelette et ajoutez au mélange.
Dans un second saladier mélanger ensemble la farine, le cacao et la levure, ajouter le premier mélange
Ajouter les courgettes et les noix concassées.
Verser dans un moule carré et cuire 30 minutes

 ☺Tu peux remplacer les noix par des noisettes, des noix de Pécan…
♥ J’aime le délicat gout noix de coco à peine perceptible mais qui apporte beaucoup de douceur et de fraîcheur à ce gâteau.

Alimentation & naturopathie

by 30 mars 2020

En naturopathie, l’alimentation est l’un des piliers de notre champs d’intervention !

Hippocrate disait, il y a déjà fort longtemps : « Que ton alimentation soit ta première médecine ». Cette citation a, à pour moi, deux sens qui se vérifient tous les jours !
1 – Une alimentation déséquilibrée, trop riche et inadaptée te fais perdre ta santé
2 – Si tu perds la santé, retrouve là en rééquilibrant ton alimentation

I/ L’alimentation évolutive à travers le temps

A l’aube de l’humanité, L’Homme s’alimentait selon les disponibilités des saisons, du lieu où il vivait (alimentation d’ailleurs toujours actuelle pour les pays défavorisés). Il s’adaptait selon la météo, il adaptait ses propres besoins en fonction des quantités disponibles à l’instant présent.
L’homme vivait essentiellement de cueillette et ne s’est mit à chasser et à pêcher que lors de la diminution des végétaux, notamment lors des premières périodes de glaciation.
Pendant des millénaires, l’Homme a du travaillé dur pour s’alimenter, sa survie en dépendait, c’était sa principale activité : agriculteur, pêcheur, chasseur, berger, l’alimentation était au centre de sa vie…

L’évolution de l’Humanité, la modernité, l’abondance des biens et des produits, la puissance, l’argent ont changé peu à peu le rapport de l’Homme à la nourriture, ses besoins mais aussi la qualité des aliments.
L’Homme ne s’alimente plus que par plaisir, pour dépenser, pour consommer oubliant les règles essentielles et innées pour l’humanité : la qualité, la modération, la santé…

De nos jours, il y a deux gros problèmes à notre mode d’alimentation qui impact directement notre santé physique et psycho-émotionnelle :
– Nous mangeons trop riche, trop sucré, , trop raffiné, trop de gras mauvais gras, trop de protéines.
Nous ne consommons pas assez de légumes frais, pas assez d’aliments riches en fibres (céréales complètes par ex).
Les plats prêts à manger, aliments transformés sont blindés d’additifs, de produits chimiques pour embellir, conserver toujours plus longtemps
L’industrialisation fait que nous consommons trop d’aliments modifiés qui ne garde en eux que quelques traces de dame nature. Les graines sont souvent sélectionnées et modifiées génétiquement, des produits (engrais, pesticides..) sont utilisés pour faire pousser toujours plus vite, plus gros…ce qui nous amène au deuxième problème
– Cette industrialisation à pour conséquence que les fruits et légumes cultivés perdent énormément en qualité nutritive.
Les sols sont moins riches donnant des produits pauvres en vitamines, minéraux et oligo éléments.

La cueillettes et la récolte se fait , également souvent trop tôt, le produit n’arrivant pas à maturité n’apporte pas les fibres et nutriments nécessaires à nos besoins.

Autre phénomène de notre évolution qui pose problème à notre équilibre :
Notre rythme de vie nous a fais oublier l’importance de l’alimentation sur notre organisme, toujours plus pressé, toujours dans le speed, dans le stress, on mange trop vite sans se soucier de ce que l’on mange.
Nous ne prenons plus le temps d’apprécié, de réfléchir, d’enseigner l’importance de ce que nous apportons comme énergie à notre corps ! C’est là que la naturopathie entre en action !


Inscris toi et télécharge gratuitement le ebook : Fatigue Chronique et Naturopathie

livretgratuitnaturopathie-fatiguechronique10

II/ L’alimentation en naturopathie

Pour nous, naturopathe, l’alimentation est vraiment un pilier à restaurer pour prétendre à un maintien ou un retour au mieux être et à un organisme au fonctionnement optimum et une vitalité au top !
La consultation de bilan de vitalité (première consultation en naturopathie) fait l’analyse de toute ton hygiène de vie : ton alimentation, ton rythme de vie, ton activité physique, ton sommeil, ton temps de repos, ta façon de manger, de dormir, de penser…
A l’issue de ce bilan, le naturopathe met en évidence les déséquilibres qui causent le mal être, la maladie…qui sont responsables des troubles de l’organisme, et/ou de l’esprit.
Personnellement, et c’est le cas pour la plupart de mes collègues, je commence toujours par l’alimentation, il y a généralement énormément à faire sur ce plan.

« le naturopathe n’est pas médecin, la consultation de naturopathie ne remplace en aucun cas une consultation chez ton médecin traitant ou spécialiste, aucun naturopathe correctement formé ne te ferra arrêter ton traitement, seul ton médecin prescripteur, en a le pouvoir ! La naturopathie est complémentaire à la médecine allopathique et non alternative (elle ne l’a remplace pas) »

Lors de cette consultation,
– Il est important que le consultant comprenne l’importance de ce qui donne à son organisme comme énergie : quantité, qualité, mauvais apports
– Il faut qu’il comprenne également ses besoins par rapport à sa situation physique et mentale et qu’il visualises ses erreurs d’apports
– Il apprendra à équilibrer son assiette et à corriger ses écarts et excès
Attention : pour moi se faire plaisir est essentielle pour rester en équilibre, dans mes PHV (programme d’hygiène vitale fourni au consultant à l’issue de la consultation naturopathique), j’accorde toujours une place au plaisir (pâtisserie, resto, fast food) le tout est d’apprendre à ce modérer et à équilibrer par la suite. Un écart, un plaisir sucré ou salé de temps en temps, ce n’est pas cela qui va perturber le fonctionnement de l’organisme.
Bien sûr mes recommandations seront différentes d’une personne à une autre selon le motif de consultation.


Découvre mon programme de rééquilibrage alimentaire DietiNaturo©

Les objectifs d’un rééquilibrage alimentaire version naturo.
L’apprentissage, l’éducation à une bonne hygiène alimentaire en naturopathie a pour premier but de maintenir l’individu en bonne santé générale.
Elle est d’intérêt majeur en prévention de plusieurs pathologies ou du rééquilibrage de l’organisme au cas où les troubles sont déjà installée (équilibre, détox, apport d’énergie, vitamines, minéraux…)
– Maladies chroniques
– Maladies dégénératives
– Maladies métaboliques : diabète…
– Vieillissement cellulaires et oxydation
– Maladies cardiovasculaires
– Maladies cancéreuses
– …
De plus, le rééquilibrage alimentaire permet de retrouver une meilleure qualité de vie générale, de perdre du poids et de maintenir un poids santé.
Ce rééquilibrage alimentaire version Naturo est peu contraignant et pas restrictifs : tu manges de tout !


santé et alimentation équilibrée

III/ Les grandes lignes du travail alimentaire en naturopathie

Pour faire court : Légumes, fruits, céréales complètes, du bon gras, peu de viandes et de produits laitiers, une bonne hydratation sont les clés !
Une bonne hygiène alimentaire c’est aussi :
– Avoir trois vrais repas par jour
– Supprimer les grignotages
– Prendre conscience de nos apports énergétiques
Je t’invite à lire ou à relire mes articles sur l’hygiène alimentaire :
Manger pour vivre et non vivre pour manger
Alimentation santé : 6 conseils pour bien commencer
Que signifie avoir une alimentation saine et équilibrée ?
[Enfants] 15 astuces pour leur apprendre à bien manger
Perte de poids : Rééquilibrage alimentaire VS Régime

Maintenant, voilà ce que je te propose :
– Tu peux réserver un coaching personnalisé ici 
Ou participer au programme DietiNaturo© 


Cet article présente un ensemble de conseils et ne remplace en aucun cas un avis médical et ne constitue pas une prescription.
Cet article ne vise en aucun cas à vous dissuader de consulter votre médecin généraliste ou spécialiste ni à arrêter votre traitement médical.

L’acceptation : une étape essentielle pour aller mieux

by 24 mars 2020

L’acceptation : première étape dans la démarche personnelle pour aller mieux

Ça parait peut-être évident pour tout le monde, mais accepter sa maladie est une étape essentielle pour aller mieux.
Il ne faut pas comprendre par acceptation, être résigner ! Non il ne s’agit pas de se contenter de souffrir, de subir, non il s’agit d’accepter pour pouvoir agir, construire, être acteur de sa santé !
C’est d’autant plus vrai pour toutes les maladies chroniques dites “invisibles”.
Fibromyalgie, Syndrome de fatigue chronique, SED*, SEP**, … sont toutes des maladies où l’acceptation est d’autant plus difficile qu’elles sont invisibles et très souvent mal comprises par les personnes atteintes elles-même et par leur entourage.

Une maladie chronique qui de plus est invalidante est difficilement acceptable, on l’apparente souvent à une période de deuil où il faut tout un travail sur soi pour pouvoir aller de l’avant et envisager une reprise en main et un processus de guérison.

Selon, la psychiatre et psychologue Elizabeth Kübler Ross, il y a 6 étapes de deuil (le deuil ne concerne pas seulement la mort mais également séparation d’un état de bonne santé à un état  malade) que l’on peut appliquer au processus psychologique par lequel les personnes atteintes de maladies chroniques passent.

– Étape 1 : Choc initial : « Sur le coup, ça m’a fait un choc ! »
– Étape 2 : Déni : « Ce n’est pas vrai ! »
– Étape 3 : Révolte : « Pourquoi moi ? »
– Étape 4 : Négociation : « D’accord, je n’ai pas le choix, mais… »
– Étape 5 : Réflexion : « Je ne serai plus jamais comme avant ! »
– Étape 6 : Acceptation : la maladie est acceptée (ou « supportée »)

L’installation progressive d’une maladie, d’une invalidité même minime change la perception de la personne sur soi, sur son entourage, sur sa vie. Cette maladie entraîne un sentiment de tristesse : triste de ne plus pouvoir se mouvoir comme bon nous semble, triste de ne plus pouvoir profiter pleinement de la vie, triste de ne plus pouvoir travailler, triste de ne plus jouer avec ses enfants…
Un véritable sentiment de perte de “quelque chose” s’installe, d’où cette sensation de deuil. Attention toutes les personnes atteintes de maladie chronique ne vivent pas les choses de la même façon, ou dans le même ordre !
Comprendre le processus de cet période de deuil, de tristesse, de vide, de changement permet d’arriver à maîtriser ses sentiments et arriver plus vite à la dernière étape : l’acceptation.

Le choc initial
C’est tout d’abord le choc de subir un mal. De sentir quelque chose change en nous, qu’on ne maîtrise pas.
C’est le choc de ne plus pouvoir être totalement indépendant e.
C’est le choc de ne plus disposer de sa santé.
Ensuite, vient le choc du diagnostic : on tombe de haut !
Pour certaine personne avoir un nom sur la maladie est plutôt soulageant, on peut passer à la prochaine étape ou même très souvent faire le travail d’acceptation !
Pour d’autre, c’est dur ! Très dur ! Avoir un nom, sur la maladie qui les atteints, est difficilement admissible ; c’est presque une fatalité on ne s’attend pas à porter un nom de maladie, on la refuse et la c’est le déni total.

Le déni
On se dit que ce n’est pas possible, on ne peut pas être malade !
« Je travaille, ou je suis bien chez moi, je prends soin de mes proches. Je ne peux pas être malade »
Mais si, il s’est passé quelque chose, à un moment donné, qui a fais que notre organisme à réagit et à laisser s’installer la maladie.

La révolte
Ok, je prends conscience que je suis bel est bien malade, mais pourquoi ? Pourquoi moi ? Qu’ai-je fais pour mériter ça !
La question du pourquoi est bien évidemment la bienvenue (parole de naturo : comprendre pourquoi, la cause des maladies, est vital !), mais il ne s’agit pas de s’affliger, de s’auto punir, de rester dans la négativité.
Il faut cerner la cause et construire son cheminement vers le mieux-être autour de cette cause en la solutionnant.
Une consultation chez une/un naturopathe vous permettra de faire un bilan et de cibler les causes.


Inscris toi et reçoisgratuitement l’ebook : Fatigue Chronique & Naturopathie

livretgratuitnaturopathie-fatiguechronique10

La négociation
On négocie avec nous même :
« Je suis malade, ok. J’ai tel ou tel maladie, ok ! Mais c’est pas grave je vais faire comme ci de rien était !
Non il faut s’écouter, et se laisser le temps nécessaire pour arriver à l’étape de l’acceptation. Il faut patienter et accorder à notre esprit et à notre corps le temps pour comprendre ce qu’il lui arrive. En faisant comme si…nous finirons forcément à être plus en souffrance à un moment ou un autre.

La réflexion
Cette étape, est celle où on réfléchit de manière négative, où tout est noir. L’avenir est sombre, on en veut à tout le monde, aux médecins, à nous même, à notre maladie…
On se fixe et on se rend compte que la vie ne sera plus jamais la même !
Certaines personnes vont stagner sur cette étape et vont passer par différentes phases de dépression.
D’autres auront le recul ou l’aide nécessaire pour accepter et aller de l’avant.

L’acceptation
Accepter sa maladie, son état, c’est ouvrir la voie de la guérison, de sa propre prise en main.
Accepter c’est également permettre aux « autres » de nous aider :
C’est s’autoriser à suivre un traitement, un accompagnement,
C’est s’autoriser à aller mal et ainsi apprendre à s’écouter et faire les causes pour inverser la tendance.
C’est enfin comprendre, que l’alarme qui sonne en nous, n’est pas contre nous, mais nous signal qu’un dérèglement important dans notre corps a fais que nous sommes plus fragile, que la maladie a pris le dessus sur notre immunité, sur notre pouvoir protecteur, sur notre vitalité, sur notre énergie.
Accepter, c’est se dire, ok je vais mal, je vais adapter ma vie à mon état de santé, je vais m’écouter et ne plus en faire trop, en faire plus que ce que ma santé ne peut supporter.
Accepter, c’est autoriser notre entourage à nous aider dans les tâches du quotidiens.
Accepter, c’est se poser, prendre du temps pour soi, pour se recentrer sur les choses importantes de notre existence.
Accepter, c’est comprendre, que cette maladie n’est pas une fatalité, en faisant les causes nécessaire, on peut arriver à retrouver une excellente qualité de vie, voir se débarrasser de sa maladie.

Comment accepter !
Ça parait irréel de devoir accepter un mal.
Mais si on y réfléchit se n’est pas aussi bizarre que ça !
Nous ne sommes pas nés malade. Accepter nous permet d’apprendre que notre quotidien, que notre hygiène de vie influe sur notre santé !
Pour finir par accepter la maladie il faut :
Se renseigner au maximum sur la maladie : Dr google n’est pas votre meilleur ami, on trouve de tous et n’importe quoi sur le net !
Comprendre le protocole de soin mit en place par son médecin, par l’accompagnement que les professionnels médicaux et de bien-être leurs propose
S’entourer des bonnes personnes : des personnes qui ne vous jugent pas sur votre état !
En cas de maladie chronique avec ou pas handicap invisible, on a vite fais d’être cataloguer :
« tu es une petite nature, pour pas dire chochotte », « c’est dans ta tête », « tu exagère, fais un effort… » et j’en passe.
Pour accepter, il faut impérativement se délaisser des personnes négatives, et s’entourer uniquement de gens qui vous comprennent, qui vous soutiennent quoi qu’il arrive.
Consulter une/un psychologue qui vous permettra de voir les choses différemment, de vous faire dépasser vos blocages
Recentrer vous sur vous même, pour gérer et canaliser vos émotions et voir les choses de manières constructives : « je suis malade, ça c’est fait ! Quest-ce que je peux faire maintenant pour aller mieux, pour me tirer moi même vers le haut.

Une fois cette étape de l’acceptation de la maladie (ou syndrome) franchie, la place est libre maintenant à l’action !
Vous pouvez maintenant accepter votre vie telle qu’elle est aujourd’hui et vous adapter à elle pour ne pas souffrir plus,
Vous pouvez maintenant sur le travail de guérison : vous accepterez mieux vos soins, vos techniques d’accompagnement, vos changements nécessaires à votre mieux être.

Conclusion Naturo !
En naturopathie, nous accompagnons les personnes atteintes en proposant un programme d’hygiène vitale.
Nous demandons souvent de gros changements à nos clients : alimentation, activités physiques, gestion du stress, des émotions…
Ces changements ne sont possibles que si la personne accepte sa maladie. Une personne qui reste dans le déni ne pourra pas appliquer les différentes recommandations ou ne tiendra pas dans le temps !
Accepter, faites vous aider, vous aurez vraiment la conscience en paix, le profond sentiment de faire les choses pour vous, de participer à votre rétablissement, vous prendrez conscience de votre capacité à gérer votre « moi intérieur » et à l’impacter de façon positive et réfléchie !

*SED ; syndrome Ehler Danlos
**SEP : Sclérose en plaque

Source :
http://blogensante.fr/2013/09/22/definir-la-notion-dappropriation-dune-maladie-chronique/

https://attitudes-positives.fr/la-resistance-au-changement/

Cet article présente un ensemble de conseils et ne remplace en aucun cas un avis médical et ne constitue pas une prescription.
Cet article ne vise en aucun cas à vous dissuader de consulter votre médecin généraliste ou spécialiste ni à arrêter votre traitement médical.

Subscribe to our newsletter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin porttitor nisl nec ex consectetur.

[contact-form-7 404 "Not Found"]

    Ebook gratuit - Les plantes qui soulagent...

    Inscrivez vous et recevez gratuitement mon ebook "Fatigue chronique & Naturopathie" Des outils concrets et des vraies pistes à explorer pour avoir une meilleure qualité de vie

    Vos données sont précieuses, je ne les transmets à personne.

    %d blogueurs aiment cette page :